Première messe du père Henri-Dominique de Certaines

Première messe du père Henri-Dominique de Certaines

ou « Réunion de famille à Saint-Jodard »

        Lorsque l'on parle de la « famille Saint-Jean », on la réduit bien souvent à la présence des quatre branches de la famille (frères, sœurs apostoliques, sœurs contemplatives et oblats). Ce dimanche 2 juillet fut l'occasion de nous rappeler, lors de la première messe du frère Henri-Dominique, que la famille est beaucoup plus large, belle et diverse que cela.

        Ce dimanche, il s'agissait de la première messe d'un frère, mais de qui était-il le frère ?

Au tableau: "Première messe du fr. Henri-Dominique, vicaire émérite de St Jodard"

       D'abord, bien sûr, on pense aux frères et sœurs de Saint-Jodard, ceux qui étaient là physiquement, et ceux qui l'étaient spirituellement. Qu'ils aient accompagnés la formation du frère Henri-Dominique, ou qu'ils en aient reçu une de lui lorsqu'il était vicaire, ils étaient là pour le recevoir comme prêtre. Nouvelle étape de sa vie, nouveau don pour toute la « famille Saint-Jean ».

       Mais la famille, c'est aussi les frères et sœurs de sang, présents avec leurs enfants, à la suite de monsieur et madame de Certaines, qui, depuis 33 ans, entraînent leur famille à Saint-Jodard.

Toute la famille Certaines rassemblée pour l'occasion

Les enfants courants partout, les frères et sœurs se souvenant des milles histoires vécues en ce lieu… En regardant et écoutant, on comprend que cette première messe à Saint-Jodard, c'était la suite logique d'une vie de famille vécue auprès des frères, de ce sentiment qu'on y est chez soi, et qu'il fallait en ce jour en rendre grâce.

 

 

Les anciens du collège Vogt venus se rassembler et chanter pour cette première messe

        Enfin, la famille prenait encore un sens plus large, avec la présence de ceux auxquels le père Henri-Dominique avait était envoyé durant ses années d'apostolats. C'était la « famille » au sens le plus large, au sens qu'on lui donne en Afrique. C'est le sens où l'entendaient les anciens du collège Vogt au Cameroun, qui sont venus en grand nombre à cette première messe pour remercier le frère qui les avaient soutenus durant les années de collège, et jusqu'à aujourd'hui.

        Ainsi, cette première messe à Saint Jodard, aboutissement de l'ordination de la veille, c'était rep

rendre conscience qu'un frère n'a rien d'un individu coupé du monde. Il est plutôt au centre d'une famille qui ne cesse de grandir, dont les membres s'enrichissent mutuellement. Il est celui par qui et pour qui l'ont « rendait grâce ». Une eucharistie donc, dont l'offrande apportée par les parents, accompagnée des chants du Cameroun, était celle d'un frère désormais « prêtre pour l'éternité. » (Ps. 109)

Messe d'ordination du frère Henri-Dominique

Les commentaires sont fermés.